vendredi 6 octobre 2017

10

Comme les doigts, les orteils.

10.

Dix !

 Rosie disparue, Modestine en fugue ou se décomposant dans un fossé, la Gaxuxa bien vivante, moi… aussi. 

Que dire de plus. Le vent, quoi. Comme un fleuve pas nécessairement long, tranquille, ou remarquable.
Un cours au long cours, coulant comme un œuf, une larme, un nœud…

Cet espace et ce temps sont en moi tels des épées ensorcelées données au jour aux entrailles de mes forges, passées par le corps, comme on damassait jadis, durcies par les humeurs, les lymphes et le sang.
Ces vastes verts, ces firmaments de calme. La plus opaque des offrandes, le présent jouissif, huile crépusculaire congelée au fond des vasques.

L'encre coule, elle aussi, noire, émeraude, indigo, sous les ponts et les plaines, comme avant le jour, ou même après… Vivante au-delà des glèbes, recomposée au rouet des aurores.

Voilà. Dix fois la Terre autour du soleil, poussière fugace entre les cils, et hop ! un dixième de siècle, sables brûlants enfuis dans les pognes, rayons jaunes évanouis dans la brise, grains de verre sans dessous, sans dessus, poussières parmi les poussières, que rien ne demeure, sinon les chemins des chemins, les sentes des sentes, les ruisseaux des ruisseaux.

dimanche 3 juillet 2016

Cataclysme !

Je suis assis sur une terrasse dans l'ombre des arènes de Nîmes. Quatre Québécois viennent bruyamment s'installer à la table voisine. Au bout de quelques instants, je leur souhaite la bienvenue dans le sud de la France. Présentations, éclats de rire, etc. Une famille de Blainvillois. Nous sympathisons. Soudain, je fais :
— Ah !… Alors, vous êtes là depuis quelques semaines ? Sans Internet ? Olalahhh... vous êtes bien assis ?
—Voyons donc quesse-c'est ça ? Fais-nous pas peur, là…
—Vous savez pas la nouvelle...
— Ayoye, de quessé 
— Un tremblement de terre ?
— Une attaque terrorissse ?
— Couillard est mort ?
— Pire, compatriotes, oohhh. Bien pire. 
Ils écarquillent les yeux grands comme des trent'sous.
— Y ont échangé Subban. 
— Tabarnak 
— Colisse !
— Voyons, donc, là… Sacrament !

Juste à cet instant, surgit le serveur qui, entendant le tonitruant concert de gémissements, se fend d'un grand sourire :
— Aaah ! Tabernacle ! Des Québékwé ! Je suis toujours content de rencontrer des Québékwé !… Nous, les Français, on vous adore, entre autres parce que vous êtes toujours souriants, joyeux… de bonne humeur !
Nous le regardons en silence. Il s'avise de nos têtes d'enterrement. J'explique :
— Ça, monsieur, c'était avant qu'y z'échangent Subban.